De mes racines vers l’international

 

Je suis né en 1967 à Watermael-Boitsfort, en Belgique. Néanmoins, je suis parti à l’âge de 3 ans en République Démocratique du Congo (ex-Zaïre), plus précisément dans la province du Katanga, où j’ai passé toute mon enfance et suivi un enseignement primaire et secondaire à Lubumbashi. Ces années furent révélatrices pour moi, j’y ai puisé mon inspiration et cela est devenu le moteur de ma carrière. Ensuite je suis revenu en Belgique pour y suivre des études de Management à l’ICHEC où j’ai obtenu un diplôme de licencié en sciences commerciales et consulaires en 1991.

Finalement, je suis retourné vers mon premier amour, l’Afrique. Plusieurs raisons ont motivé mon choix : c’est un continent prometteur avec une population jeune et dynamique, il évolue positivement et bénéficie d’un taux de croissance constant. De plus, j’ai réussi à y combiner ma passion pour l’automobile et pour ce continent. C’est à la sortie de mes études, à 23 ans, que j’ai fondé la société coopérative Demimpex (de Moerloose Import-Export) spécialisée dans la vente automobile et l’import-export de pièces détachées. Le premier marché visé était bien évidemment l’Afrique malgré une conjoncture difficile à l’époque. Les premiers pays partenaires étaient la Belgique, le Zaïre, le Rwanda et le Burundi.

 

Le début du succès

 

J’ai lancé mon activité professionnelle au début des années 1990 au moment où les autres fuyaient la région. J’ai donc mis en place une stratégie qu’on pourrait qualifier « d’audacieuse » pour Deminpex et étendu ses activités de distribution à la vente de véhicules et d’équipements industriels. Dès le premier jour, j’ai imaginé une croissance et une diversification tant géographique que sectorielle de mes activités sur le continent africain. De fait, peu à peu mon entreprise a grandi durant les années 90 et elle s’est étendue vers les pays limitrophes. De plus en plus de constructeurs automobiles me confient la distribution de leurs modèles et la société a continué de grandir portée par le rachat de distributeurs locaux intégrés au réseau international de mon groupe ou encore d’acteurs en difficulté que j’ai redynamisés et intégrés à mes activités.

En 1993, pour réduire le temps de livraison des marchandises, j’ai créé Demavia qui propose des solutions logistiques entre la Belgique et l’Afrique.

En 1995, ma société passe un nouveau cap avec le rachat de VRP (Vehicule Repair Parts) qui est spécialisé dans la vente de grandes marques automobiles. Cette nouvelle acquisition était à la fois une grande fierté mais également un nouveau pas franchi qui me permettait de nourrir de nouvelles ambitions internationales.

Quelques années plus tard, j’ai racheté Transco (1999) et ATC RDC (2001) afin d’élargir mon champ d’activités et de me diriger vers la distribution de machines et d’engins industriels. De plus, durant cette période, Demimpex se développe à merveille et devient un leader panafricain dans son secteur. Très vite j’ai commencé à commercialiser mes véhicules auprès de compagnies minières, sociétés commerciales, et autres sociétés de transport.

Mais mes ambitions ne s’arrêtent pas là ! Au cours des années 2000, j’ai développé mon portefeuille d’activités industrielles telles que les tubes en PVC, les charpentes métalliques, citernes ou encore la sous-traitance minière ou l’hôtellerie.

 

La naissance d’un groupe international

 

Les années 2010 sont celles qui ont consacré tout le travail accompli par le passé. J’ai créé SDA en 2008 et la SDAI en 2012, de là le consortium SDA-SDAI a vu le jour.

Au terme de l’année 2011, la fusion entre Demimpex (Ford, Audi, Nissan, VW) et l’entreprise franco-marocaine Optorg (Mercedes, Hyundai, Kia, Dacia) donne naissance à la Tractafric Motors Corporation (TMC) qui est numéro 2 en Afrique subsaharienne et détenue à 40% par SDA et à 60% par le groupe Optorg. 2011 fut une année assez riche car nous avons aussi racheté la société MultiTech, importatrice des marques Volvo Construction Equipment pour le Ghana, le Bénin, le Liberia et le Burkina Faso.

Les années qui suivent seront également positives car le consortium SDA-SDAI se positionne comme spécialiste dans la distribution de marques automobiles et de différents équipements ainsi que de réseaux intégrés panafricains. Cette réussite est due à la qualité de son service après-vente et sa capacité de stocker des véhicules et pièces de rechange qui permettent de proposer des délais beaucoup plus courts à nos clients. Des plateformes logistiques sont par ailleurs créées à Anvers et Dubaï, dans une stratégie de service.

2015 marque une étape clé dans l’évolution de mon groupe. Le succès de nos opérations pour Volvo en Afrique nous ont en effet permis d’être très bien positionnés et de concrétiser le rachat du distributeur exclusif Volvo Construction Equipment pour le Benelux, le groupe Kuiken.

En 2017, le consortium devient SDA Holding et regroupe les filiales DEM Group (représentants exclusifs des engins John Deere Construction & Forestry, Forestry, John Deere Agriculture et Hitachi dans une vingtaine de pays), SMT Group (importateur exclusif des marques Volvo Trucks, Volvo Construction Equipment et Volvo Penta notamment sur une quinzaine de territoires). Cette même année, nous avons revendu notre participation dans Tractafric Motors Corporation, marquant ainsi un virage stratégique important en nous concentrant exlcusivement sur l’importation, distribution et servicing des engins lourds. L’année s’est d’ailleurs clôturée par la plus importante acquisition réalisée par le groupe depuis sa création : la reprise de l’ensemble des activités de distribution Volvo Construction Equipment en Grande Bretagne. Nous avons repris ces activités directement à Volvo CE.

SDA Holding est aujourd’hui une référence dans le domaine de la distribution d’engins lourds en Europe continentale et Grande Bretagne. Ces deux pays représentent environ 70% du chiffre d’affaires de SDA, et nous gardons une présence importante sur le continent africain. Nous employons plus de 1.500 personnes à travers le monde avec une croissance annuelle de l’ordre de 45% depuis 2010.

 

African Equities

 

Parallèlement à mes premières activités professionnelles, j’ai fondé Africain Equities en 2014, second holding financier dédié à un portefeuille d’investissements sur le continent africain. Je reste en effet convaincu que les sous-jacents macro-économiques sont extrêmement positifs pour ce continent, avec une population jeune, une classe moyenne en forte expansion et une richesse en ressources incroyable à disposition des acteurs locaux et internationaux.

Avec African Equities, nous avons relevé un nouveau défi, celui de l’hôtellerie de luxe et d’affaires, en rachetant le Grand Hôtel de Kinshasa et le Grand Karavia de Lubumbashi. Ces deux fleurons de l’industrie hôtelière congolaise ont été confiés au groupe Accor, leader mondial dans la gestion de ce type d’opération, ce dont je me réjouis. Ces hôtels sont opérés sous l’enseigne de luxe Pullman.

Nous avons également la chance de travailler avec toute une série de grands clients internationaux tels qu’Unicef, Heineken, le Ministère des affaires étrangères belges, Texaf, etc. au travers de notre filiale Dematco, un des leaders sur le marché de la construction en République Démocratique du Congo.

African Equities et ses filiales emploient quotidiennement plus de 1.000 personnes en RDC.

 

Un regard vers l’avenir

 

Elle est bien loin la petite société coopérative que j’ai lancée au début des années 90, d’ailleurs l’activité du Groupe SDA en République Démocratique du Congo, premier foyer d’activité de Demimpex, représente aujourd’hui moins de 7 % des revenus du groupe.

L’avenir est encore devant nous, avec mes équipes, nous misons énormément sur le pouvoir de développement du continent africain mais également sur une croissance encore plus internationale pour nos activités de distribution et restons constamment à la recherche de nouveaux partenariats à construire avec des entrepreneurs qui partagent nos ambitions et nos valeurs, en Europe ou ailleurs.

C’est donc plein d’ambitions que je poursuis l’aventure commencée il y a 25 ans.